Les citoyens à travers l'UE et au-delà ont leur mot à dire sur les changements législatifs et politiques indispensables pour avoir une protection adéquate contre les produits chimiques perturbateurs endocriniens (PE). La Commission européenne a invité le public à partager son point de vue sur les améliorations nécessaires pour une meilleure protection contre ces substances nocives et les informations à leur sujet.

Prenez 10 minutes pour répondre à cette consultation publique de l'UE afin d’exprimer vos inquiétudes et votre soutien à une action plus urgente pour les éliminer par exemple des produits d’hygiène personnelle, des biens de consommation et des emballages alimentaires ! La date limite est le 9 mars 2020 et vous pouvez répondre dans votre propre langue.

Cette enquête fait partie de l'évaluation en cours (appelée «Fitness check») de la législation européenne sur les PE que la Commission européenne mène afin de voir dans quelle mesure la législation européenne existante sur PE est cohérente et a atteint ses objectifs de protéger la santé humaine et l'environnement - un exercice qui attendu de longue date, la dernière stratégie de l'UE sur les PE datant de 1999.

Parallèlement, la Commission européenne avait également invité les autorités publiques, les entreprises, les universités, les organisations de la société civile et les experts à participer jusqu'au 31 janvier à une enquête pour les parties prenantes sur le manque de cohérence de la législation de l'UE dans ce domaine et l’analyse des options pour résoudre ces problèmes. Les militants de la coalition EDC-Free Europe ont saisi cette occasion pour souligner à nouveau les « Huit demandes de EDC-Free Europe pour une stratégie de l'UE sur les perturbateurs endocriniens ».

La législation de l'UE qui couvre les produits chimiques perturbateurs endocriniens a été élaborée avec différentes approches selon les secteurs concernés et il existe d'énormes lacunes qui permettent aux PE d'être présents dans les meubles, les produits de soins personnels, les jouets et les emballages alimentaires. Avec le lancement de ces consultations publiques et des engagements pris dans le cadre du Pacte vert européen, la Commission européenne commence enfin à envisager de prendre des mesures pour combler ces lacunes.

Nous devons veiller à ce que ce processus aboutisse effectivement à des mesures complètes qui protègent véritablement notre santé et notre environnement sans plus attendre.